C3 – Rothen : «Envie de faire rêver»

A la veille de rencontrer les Allemands de Wolfsburg, Jérôme Rothen est ravi de retrouver la Coupe de l’UEFA qui avait donné lieu à de grandes émotions contre Twente. Il estime qu’il y a «une adrénaline supérieure aux dernières rencontres» et annonce avoir «envie de faire rêver avec cette coupe». (Photo Presse-Sports)Êtes-vous excité à l’idée de retrouver la Coupe de l’UEFA ? 
Pendant ce final de folie contre Twente (4-0 lors de la phase de poules), on a vu que les gens avaient envie de vivre des émotions comme celles-là. Ce sont des scènes de joie qu’on peut retrouver plus facilement sur des matches aller-retour. Il y a une adrénaline supérieure aux dernières rencontres. Le match aller est fait pour prendre l’avantage, à nous de ne pas gâcher nos chances pour le match retour. J’espère qu’on va faire plaisir aux gens demain (mercredi). On a envie de faire rêver avec cette coupe.

Paris peut-il gagner cette coupe d’Europe ? 

Ce serait aller un peu loin que de dire qu’on a envie de gagner cette compétition, mais déjà on a envie de passer ce tour-là. Il va y avoir un engagement de 200% de la part de Wolfsburg, à nous de répondre présent au niveau athlétique. Ils sont de plus en plus compétitifs. Ils ont fait un bon championnat l’année dernière, et encore cette année. Ils sont favoris après les poules. Même si ce n’est pas la Ligue des champions, c’est quand même l’Europe. Quand vous jouez à Manchester, Schalke ou Wolfsburg, cela donne une certaine dynamique. C’est une façon de redorer l’image du club sur la scène européenne, on en a les moyens.

Paul Le Guen pourrait faire tourner son effectif. Ressentez-vous de la fatigue ? 
Le groupe n’est pas fatigué, c’est le choix du coach depuis le début de la saison de faire tourner les joueurs sur certaines compétitions. Jusqu’ici, cela ne nous a pas porté préjudice: on était qualifiés sur quatre compétitions jusqu’à il y a peu. Il y a toujours de la fatigue quand on accumule les matches tous les quatre jours. Oui, certains ont besoin de souffler. Moi, je préfère enchaîner. On est tous pareils, on préfère jouer les matches, encore plus ces matches-là. Le coach décide. Mais il y a des organismes qui récupèrent plus facilement que les autres, dont le mien. Réponse demain (mercredi) soir.

(AFP)