Une bonne brasse : comment se fait-elle ?

La brasse est l’un des styles de nage les plus éprouvants. Elle est généralement celle qu’on apprend en premier en vue de sa simplicité. Elle est la plus lente des types de nage mais la brasse reste la moins fatigante. Les mouvements sont loin d’être compliqués, il faut juste maîtriser la synchronisation des gestes pour la réussir. La natation étant le sport nautique le plus pratiqué, tout le monde mérite de s’initier.

Les différentes phases de la brasse

Pour une position parfaite dans l’eau, les bras et les jambes doivent être tendus. Il est important que le torse assure la stabilité et qu’en même temps, une légère tension puisse être ressentie dans tout le corps. La tête joue également un rôle important dans l’exécution des mouvements. Par réflexe nous avons tendance à garder la tête hors de l’eau. L’immersion de la tête est cependant un geste obligatoire pour exécuter correctement la brasse. Il vous faudra un peu de temps pour vous habituer mais une fois que ce sera fait, ça viendra naturellement. La position d’étirement est également plus facile. Le corps est complètement droit et forme une ligne. Veillez à ce que les épaules restent droits. Les pieds et les genoux restent fermés dans cette position.

Quant à la position des mains, les paumes doivent être dirigées vers l’extérieur avec l’auriculaire sur le dessus. Puis, juste sous la surface de l’eau, les mains sont tendues vers l’extérieur. Dans la phase de prise d’eau, pliez les bras vers l’intérieur et tirez le corps sur cet axe. En même temps, le haut du corps apparaît et les jambes sont tirées vers le haut. Vous devez faire attention à ce que les jambes ne passent pas sous le corps ou le torse. La frappe de la jambe doit être exécutée à l’envers et ne doit pas entraîner un rayon trop important. Dans cette phase, il est important de se faire « petit » pour réduire la résistance à l’eau. Ensuite, plongez à nouveau le haut du corps, et fermez en même temps les jambes. Vous reviendrez alors en position d’étirement. Il est important pour une bonne technique que le coup de jambe ne soit pas effectué trop tard. Le timing joue ici un rôle important. Avec le temps, une certaine sensation d’eau se fait sentir et le mouvement devient plus facile à exécuter.

Erreurs typiques de la brasse

Nous pouvons constater plusieurs erreurs. Certaines qui sont fréquentes et d’autres non. D’abord les battements de jambe irréguliers. Il s’agit d’une erreur de coordination de la frappe de la jambe. Ayez en tête les mouvements d’un ciseaux. Vous devez vous assurer que les deux jambes bougent toujours en même temps. Ensuite, l’erreur relative à l’immersion de la tête. Pour maintenir une position stable dans l’eau, la tête ne doit pas être au-dessus de la surface de l’eau pendant tout le mouvement. En position d’étirement, le regard est dirigé vers le bas et la tête est dans l’eau. Ce n’est que dans la phase de préparation du bras que la tête sort lentement de l’eau. Certaines erreurs sont plus facile à corriger tel qui le fait d’ouvrir les cuisses trop largement. Le rayon ne doit pas former un cercle, mais plutôt une sorte de position en X des jambes. Si les cuisses sont ouvertes trop largement lorsque vous touchez votre jambe, vous aurez moins de pression sur l’eau et il vous sera plus difficile d’avancer. Enfin le fait de fermer complètement les pieds à la fin du mouvement. À la fin de la course de la jambe, fermez vos pieds autant que possible et serrez-les l’un contre l’autre pour pouvoir exercer encore plus de pression sur l’eau.

Exercices pour une technique de nage parfaite

– Allaiter des pattes de dauphin avec des nageoires

Dans cet exercice, deux coups de pied de dauphin sont effectués sur un coup de poitrine. Vous devez essayer de vous mettre en position de glisse. Après le deuxième coup de pied du dauphin, vous devez revenir en position d’étirement. Vous pouvez également essayer le même exercice sans palmes. Cela signifie qu’après la traction du bras, deux coups de pied au sternum suivent. Cet exercice est également un exercice de respiration.

– Le « Sculling » (sculpture)

Le sculling consiste à améliorer sa propre sensation de l’eau et à travailler sur la bonne position de l’eau avec équilibre et tension du corps. Sous l’eau, le coude doit toujours être maintenu en hauteur et ne pas couler. Cet exercice permet donc de se familiariser avec la bonne technique et de tirer le meilleur parti de la résistance de l’eau. Cela peut se faire de différentes manières : En position couchée, sur le côté gauche ou droit ou même en position couchée sur le dos. Les mains peuvent être placées loin devant ou à côté de la tête, à la hauteur des épaules, du nombril ou des cuisses. Pendant l’exécution, elle dépend surtout du mouvement du poignet. Avec les mains légèrement ouvertes, inclinées vers le bas, on effectue de petits mouvements de pagaie qui rappellent un essuie-glace et qui sont destinés à créer une propulsion.

– Perfectionnement technique avec les ustensiles

Il existe de nombreuses façons d’apporter des améliorations rapides et ciblées. Dans l’eau, les aides peuvent également aider à perfectionner la position de l’eau, la technique, la sensation de l’eau, etc. Pour améliorer la course des jambes, un kickboard est recommandé afin que vous puissiez vous concentrer pleinement sur l’exécution. De même, toutes sortes de pagaies peuvent être utilisées pour faire une sorte d’entraînement de force dans l’eau, mais aussi pour améliorer la sensation de l’eau avec des petites pagaies pour les doigts. Les ailerons sont une aide supplémentaire. Ils peuvent non seulement être utilisés avec les autres styles de nage, mais servent également d’aides techniques pour la brasse. Il existe des palmes de brasse avec lesquelles vous pouvez même effectuer une brasse normale. Avec des palmes normales, on ne peut faire que des rampes et des pattes de dauphin, mais elles sont parfaites pour les exercices techniques. Pour travailler sur la bonne technique de bras, une Pull-Buoy est serrée entre les cuisses. Cela signifie que vous n’utilisez que les bras et essayez de garder les jambes aussi immobiles que possible.

Quelques conseils venant des professionnels

Pour une progression rapide, il vous faudra un plan d’entraînement pour la technique de nage. Les nageurs amateurs engagés devraient prendre au moins 2 à 3 fois par semaine pour améliorer leur technique. Un plan de formation préalablement conçu est utile pour fixer des objectifs personnels. Si vous vous fixez de petits objectifs et que vous pouvez les atteindre au bout d’un certain temps, vous gagnerez en motivation.

Concernant la posture les Sit Ups et les push-ups sont les exercices conseillés. En outre, la formation sur le terrain ne doit pas être négligée. La tension corporelle est particulièrement importante pour être stable dans l’eau et pour cela il est important de renforcer le dos et l’abdomen pour stabiliser le torse. Les pompes et toutes sortes de redressements assis sont parfaits pour cela.

Enfin pour maîtriser la brasse, il ne faut jamais négliger l’étirement. Une mauvaise exécution est souvent liée à une restriction de mouvement. Les étirements sont non seulement utiles et vous rendent plus mobile, mais ils permettent aussi d’éviter les blessures.