L1 – PSG : Le Guen «Il y a de l’usure»

Tenu en échec par Valenciennes au Parc des Princes (2-2), le PSG a manqué l’occasion dimanche soir de rester à trois points de Lyon avant la trêve. Son entraîneur, Paul Le Guen, a évoqué «une petite alerte», soulignant l’«usure»possible deses joueurs, qui avaient battu Twente jeudi soir en Coupe de l’UEFA (4-0).

Malgré ces quelques réserves, le technicien parisien dresse un «bilan positif» de la première partie de saison du club.

«Paul Le Guen, quel bilan dressez-vous de cette première partie de Championnat ?
Le bilan est positif. On est en course en championnat, dans la première partie de tableau, en Coupe de la Ligue, en Coupe de l’UEFA. La déception est présente ce soir mais on va l’évacuer pour revenir avec enthousiasme.

Comment expliquez-vous le réveil du PSG cette saison ?
On a bien travaillé mais le match de ce soir est une petite alerte. Quand on ne maintient pas notre niveau sur un match, on est puni. Il faudra en tenir compte. Cela valide le fait que c’est compliqué de jouer avec les mêmes joueurs. Il y a une difficulté à rester concentré sur la durée. Il y a de l’usure. On avait pourtant montré sur certains matches de début de saison que l’on pouvait tenir un résultat.

La défaite de Marseille contre Nancy atténue-t-elle votre déception ?
Non. On avait une belle opportunité pour nous mettre à l’abri avant un déplacement à Bordeaux, on l’a ratée.

L’erreur de M. Layec change quand même beaucoup de choses…
C’est énorme mais les regrets vont au-delà. On a fait de bonnes choses mais on aurait dû gagner. On a fait des erreurs par fatigue psychologique. On n’a pas tenu le score, ce n’est pas un hasard. Il y avait de la lassitude. Il va falloir corriger cela.

Qu’est-ce qu’il faut améliorer pour la seconde partie de la saison ?
On est plus costaud sur le plan psychologique, tactique. On verra mais j’aimerais que le PSG continue à bien se porter. Sur 19 matches, on est là où on mérite. Je veux que l’on parvienne à maintenir la mentalité et l’ambition, de progresser. Ce sera compliqué mais il faut que l’on y arrive.» (AFP, photo archives Presse-Sports)