L1 : Les gros se détachent

L’Angleterre a son big four depuis des décennies, la Ligue1 s’est trouvé un big three. Lyon, Marseille et Bordeaux confirment enfin leur statut de valeur sure hexagonale. Lyon, tout d’abord, n’a pas tremblé pour dominer son ancien rival pour le titre en perte de vitesse, Monaco (0-1). Sans Karim Benzema, préservé au coup d’envoi, les septuples champions de France ont attendu l’heure de jeu pour asseoir leur faible domination, après une première période bien terne. Et malgré la poussée monégasque dans les vingt dernières minutes, les Rhodaniens s’imposent par l’intermédiaire de Fred, bien servi par Källström côté gauche (1-0, 55e).

L’OM n’a pas tremblé comme son rival lyonnais. Après avoir longtemps été une forteresse imprenable, le Stade des Alpes prend l’eau depuis quelques semaines. Samedi soir, Marseille a surclassé Grenoble (0-3). Il ne faut pas longtemps pour comprendre que les Isérois vont passer une soirée compliquée. Tout juste 4 minutes, lorsque Mamadou Niang sur le côté gauche rate sa frappe bien suivi par Hatem Ben Arfa (0-1, 4e), qui fusille Wimbée. Il y a bien cette action où Feghouli rate le cadre alors qu’il est seul face à Steve Mandanda (25e), mais au lieu de relancer les Grenoblois elle remotive les Marseillais. Sept minutes plus tard, Baky Koné fait le break sur un centre de Bonnart (0-2, 32e). Cheyrou porte finalement l’estocade en seconde période sur une frappe puissante de vingt mètres alors qu’il se trouve seul face à Wimbée (0-3, 82e).

Sixième but pour Ben Arfa

Bordeaux, de son côté, a peiné pour venir à bout d’Auxerre. Ballotés jusqu’à 20 minutes du terme, les Girondins s’en sont remis à leur goleador, Fernando Cavenaghi, pour débloquer la situation. L’Argentin, bien servi par Bellion, dribble Riou puis ajuste sa frappe (70e, 0-1). Le deuxième but de Chamakh, cinq minutes plus tard, réduit à néant les espoirs des Auxerrois, qui méritaient mieux. Dans les autres résultats de la soirée, Nice confirme son bon début de saison en s’imposant sur la pelouse de Lorient (0-1) grâce à un but de son capitaine, Olivier Echouafni. En queue de classement, la lanterne rouge Sochaux, pourtant privé de Stéphane Dalmat, signe son premier succès de la saison face au Mans (2-1), des buts signés Santos (29e) et Boudebouz (67e). Le Havre sort de la zone rouge, à la faveur de son succès à Caen (0-1).

Le FC Nantes, dominateur en seconde période, a été tenu en échec par Toulouse (1-1) en match décalé de la 13e journée de L1. L’ancien Montpelliérain, Guillaume Moullec, ne traine pas pour ouvrir la marque dès l’entame de la partie (4e). C’est devenu une habitude, les Toulousains s’en remettent à leur meilleur buteur, André-Pierre Gignac, auteur de son sixième but, pour revenir dans la partie. S’en suit alors la période des occasions manquées. En pleine confiance depuis quelques semaines, après avoir été placé sur la liste des transferts, Moullec tente une frappe de génie qui trouve la barre de Carrasso (28e). Puis Gignac manque deux duels face à Alonso (43e, 44e). La deuxième période est alors dominée par les locaux, qui n’arriveront jamais à prendre le dessus. Nantes et Toulouse se contentent donc de ce résultat nul. (Photo Presse-Sports)