L1 – 19e j. : Champagne pour Bordeaux !

Incroyable scénario dimanche soir à Louis-II. Menés 3-0 en début de deuxième période par l’AS Monaco, les Girondins de Bordeaux sont parvenus à s’imposer 4-3 après un match complètement fou où Laurent Blanc a été récompensé de son audace tactique. A l’issue de cette dernière journée des matches aller marquée par un record de buts – 33 -, Bordeaux est de retour à « sa » place de dauphin de l’Olympique Lyonnais, à trois points.

Gourcuff, Cavenaghi, Bellion, Chamakh, Jussiê, Gouffran… Tous ces joueurs étaient sur le terrain en fin de match face à Monaco. Après une première période catastrophique, Laurent Blanc avait décidé de mettre les petits plats dans les grands en alignant tous ses meilleurs joueurs offensifs. Bien lui en a pris. Il faut dire que sa défense était passée totalement au travers lors de la première période. C’est d’abord Ulrich Ramé qui apprécia mal la trajectoire d’un coup franc venu de la gauche de Juan Pablo Pino (1-0, 13e). Puis peu avant la pause,Souleymane Diawara remit de manière hasardeuse à Mathieu Chalmé qui mit lui-même en difficulté Marc Planus qui rata son dégagement… Alexandre Licata en profita pour filer au but et ajuster Ramé de près. Pino-Licata, la paire infernale de l’ASM remit ça en début de deuxième mi-temps. Le Colombien enrhuma l’arrière-garde bordelaise avant de servir idéalement Licata qui crucifia Ramé de la tête. 3-0, la messe était dite pensait-on.

Un Chamakh des grands soirs

Mais à peine deux minutes après ce troisième but monégasque, Chamakh s’arracha sur un corner de Gourcuff pour inscrire de la tête le but du 1-3. Fort de tous ses arguments offensifs, Bordeaux commença à camper dans la moitié de terrain monégasque et finit par (re)trouver l’ouverture grâce à une frappe somptueuse d’Alou Diarra des 25 mètres (2-3, 67e). Mis sur le reculoir, les jeunes Monégasques finirent par rompre sur un nouveau coup de tête de Chamakh (87e). 3-3. Sur l’attaque suivante, l’attaquant marocain remisa idéalement dans la course pour Cavenaghi, transparent jusque là mais toujours là quand il faut donner un coup de patte dans la surface. Alors que Marseille et la Paris-SG ont été incapables de rester à trois points de Lyon, Bordeaux l’a fait. Et avec panache.