Chamakh : «J’aime être décisif»

Marouane Chamakh, l’international marocain, a déjà égalé son record de buts en L1 (10), mais il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. (Photo Presse-Sports)

Ce but dans les derniers instants face à Nancy (1-0) est particulièrement important…
Oui, c’est un ballon en profondeur de Marc Planus. Je m’applique sur le contrôle, et je vois que le gardien s’avance. J’ai précipité le geste pour tenter un lob du pied gauche. Je suis content parce que j’ai été récompensé de mes efforts. J’ai explosé de joie. J’ai eu beaucoup d’occasions dans ce match ; je pensais que cela n’allait pas entrer, et puis il y a finalement la délivrance à la fin. C’est une victoire précieuse. J’aime être décisif. C’est un but qui vaut cher, parce qu’on ne pouvait pas se permettre de ne pas gagner contre Nancy. Pour rester dans notre objectif, on ne peut pas laisser passer des points chez nous. Il y a eu un recadrage à la mi-temps, parce que jusque-là on jouait un peu avec le frein à main.

Vous ne lâchez jamais rien sur le terrain…
Je ne baisse jamais les bras. J’ai un tempérament de gagneur, je suis comme ça. Tout le monde va être au taquet sur cette fin de Championnat. Ça ne va pas être facile, mais c’est une belle fin de saison. Nous avons un calendrier qui peut paraître favorable. L’état d’esprit sera la clé pour espérer quelque chose.

L’espoir, c’est le titre ?
C’est encore un mot tabou à Bordeaux. Laissez-nous encore trois ou quatre journées pour voir ce que nous sommes capables de faire.

Avec 10 réalisations, vous égalez votre record de buts en Ligue 1…
Je suis vraiment content, et tout particulièrement parce que ce dixième but nous a offert la victoire. J’espère surtout que je ne vais pas m’arrêter là. Contre Nancy, j’ai raté trois occasions importantes. J’ai senti que je manquais un peu de lucidité, j’avais les jambes lourdes, j’étais fatigué avant le match. J’ai eu une mise en route difficile à cause des deux matches que j’ai joués en sélection nationale. Je savais d’avance que la tâche serait rude pour moi, et finalement je marque sur mon occasion la plus compliquée. Maintenant, je vais vraiment tout mettre en oeuvre pour marquer encore et battre mon record.»

Ludovic Vigier, à Bordeaux
lvigier@asport.fr