Blanc: «Bordeaux peut mieux faire»

Les réactions des acteurs de la 31e journée de Ligue 1 après les rencontres de samedi.

Auxerre – Bordeaux: 0-2
Jean Fernandez (entraîneur d’Auxerre): «Le premier but, c’est sur un coup franc puis un corner qu’on peut éviter, mais c’est surtout le 2e qui me met en colère: il restait alors une dizaine de minutes pour revenir. On est bien rentré dans le match, avec des opportunités par Jelen et Kahlenberg. Le fait de ne pas marquer dans un temps fort nous a rendu les choses difficiles. On sait que c’est compliqué pour le maintien, maintenant on est sept ou huit clubs à lutter, il nous faut deux ou trois victoires pour assurer le maintien. Pour eux, c’était un tournant ce soir. Le week-end prochain, si Bordeaux venait à battre Lyon, attention».

Jean-Louis Triaud (président de Bordeaux): «On a vu ce soir un très bon collectif bordelais. Au-delà de la victoire, c’est avant tout l’esprit de groupe que je retiens. Ce qui permet d’envisager la suite de la saison avec quelques espoirs. Gagner ce soir à Auxerre permet de redistribuer les cartes avant le match contre Lyon dans huit jours. Cela permet d’en garder toute la saveur. Après le match de Lyon, tout ne sera pas totalement réglé, mais nous l’aborderons sans se poser de questions, et très simplement.»

Laurent Blanc (entraîneur de Bordeaux): «Ce soir, on a vu un Bordeaux efficace, très sérieux dans tous les compartiments du jeu, mais dans l’utilisation du ballon, Bordeaux peut mieux faire, puisqu’il l’a déjà prouvé cette saison. Quand on se déplace et qu’on gagne 2-0 sans trop souffrir, on peut être satisfait et dire bravo aux joueurs. On ne peut pas toujours dominer ou avoir la mainmise sur le jeu, il faut faire preuve d’autres qualités aussi. Les matches qu’on a faits contre Nancy et ce soir à Auxerre, il faut s’attendre à en voir d’autres du même style, quand nous irons à Valenciennes ou Caen. Si on peut avoir la même consistance et surtout le même résultat, je suis preneur.»

Toulouse – Nantes: 1-0
André-Pierre Gignac (attaquant de Toulouse): «Ça fait plaisir de marquer du gauche car je travaille les tirs depuis le début de saison, et quand ça rentre c’est une récompense. Sur le but, Daniel (Braaten, ndlr) fait une bonne percussion et sollicite le une-deux mais j’avais décidé de frapper. Il y a de l’envie, de la solidarité, tout le monde croit en tout le monde. Ce soir on a 56 points, on est bien engagés dans le sprint final».

Alain Casanova (entraîneur de Toulouse): «Sur un match aussi difficile, prendre trois points c’est important, c’est plus une satisfaction qu’un soulagement. Nantes est une équipe qui avait besoin de points et était très regroupée derrière. En première mi-temps nous n’avons pas mis les ingrédients nécessaires pour forcer la décision et il nous a manqué de l’engagement et de l’agressivité. La rentrée de Fodé Mansaré nous a fait du bien en seconde période et je pense qu’au final c’est une victoire méritée. Je le répète, nous ferons le point à la fin du mois d’avril. Les joueurs ont envie de rester dans le haut du tableau et de se mêler à la lutte finale».

Elie Baup (entraîneur de Nantes): «Sur la 1re mi-temps on a montré des bonnes intentions collectives, il y avait beaucoup de cohérence dans ce qu’on a fait. Il a suffi d’une perte de balle pour permettre au buteur toulousain de mettre ce but. Il a fallu une occasion et on l’a payé très cher. Il ne faut surtout pas être résignés, on sait depuis longtemps que l’on est dans cette lutte pour le maintien. A force de ne pas prendre de point (le retour dans la zone de relégation, ndlr) nous pendait sous le nez, mais il n’est pas significatif d’un détachement. La lutte continue, il n’y a pas d’écart conséquent. Il nous faut une victoire à domicile.»

Le Mans – Sochaux: 2-0
Daniel Jeandupeux (entraîneur du Mans): «Ces trois points sont bien sûr un soulagement mais encore plus une satisfaction. On a voulu bien rentrer dans le match et je pense qu’on y est arrivé. On menait 1-0 au repos mais les changements de Sochaux avec notamment le passage de Dalmat dans l’axe nous ont posé problème jusqu’à l’heure de jeu. Ensuite, on a senti que nos adversaires avaient peut-être laissé passer leur chance. On arrive à doubler la mise et surtout on a su gagner les duels. On ira à Valenciennes l’esprit un peu plus libéré».

René Lebello (entraîneur adjoint de Sochaux): «Francis Gillot, notre entraîneur, est très déçu. Il préfère ne pas parler ce soir. Sochaux n’a pas joué pendant la première période. On a été incapable de retrouver le jeu de passes courtes qui fait notre force. C’est pourquoi on a changé deux joueurs au repos. On a dominé le début de la seconde période, mais sans marquer. Il reste encore sept matches et on a encore la place pour se sauver».

Le Havre – Caen: 1-2
Frédéric Hantz (entraîneur du Havre): «Ce qui est décevant, c’est le contraste entre le match que nous avons livré la semaine passée à Monaco et celui de ce soir. Dès le début, on a senti qu’on était en difficulté dans les duels. Les Caennais étaient plus dynamiques que nous. On a eu la chance de revenir au score et on a même eu la possibilité de passer devant. On avait la volonté mais sans doute pas les jambes pour la concrétiser. Et même si cette défaite est cruelle, puisqu’une fois de plus on perd dans les dernières minutes, Caen mérite tout de même sa victoire.»

Nicolas Seube (capitaine de Caen): «C’était un match dangereux car on avait plus à perdre que nos adversaires. En plus, c’était un derby même si pour nous, dans notre situation, c’était un match comme un autre qu’on devait absolument gagner. Cette victoire est donc précieuse, mais cela a été compliqué et il a fallu faire beaucoup d’efforts pour y parvenir. Maintenant, gagner au Havre n’est pas une fin en soi et la route qui nous mène au maintien est encore longue et difficile»

Nancy – Valenciennes: 2-0
Pablo Correa (entraîneur de Nancy): «Cette victoire nous fait du bien car nous la cherchions depuis un moment. L’équipe adverse et Penneteau ont retardé l’échéance pendant longtemps mais nous avons su rester lucide jusqu’à la fin. Nous savons que nous n’obtiendrons pas le maintien sans souffrance. J’avais dit que nous rentrions dans une série de matches capitaux. Un est passé, il en reste cinq contre des équipes de notre valeur. J’espère que nous en sortirons victorieux».

Antoine Kombouaré (entraîneur de Valenciennes): «Si Nancy a gagné ce soir, c’est parce que les joueurs lorrains en voulaient plus que nous. L’ASNL a réalisé un gros match même si je crois que, sur le premier but, Macaluso est hors-jeu. Que nous ayons perdu, c’est une chose mais c’est la manière qui me déçoit. Quant à la série interrompue ce soir, elle n’est pas importante, l’important sera de repartir face au Mans. La rage et la déception qui nous animent devront nous servir face au Mans samedi prochain. Mais nous savons depuis le début que ce sera difficile jusqu’au bout».

Jacques Abardonado (défenseur de Valenciennes): «Au vu de la physionomie du match, nous aurions pu le gagner, nos adversaires auraient pu le gagner. Un match nul aurait été équitable mais c’est cela le football et nous avons encaissé un but sur coup franc. Il va falloir encore lutter pour le maintien et remettre le couvert face au Mans samedi».

Nice – Lorient: 2-0
Frédéric Antonetti (entraîneur de Nice): «Toutes les composantes du club avaient besoin de cette victoire. Je suis bien sûr très satisfait de ce résultat même si on a surtout vu une équipe niçoise en manque de confiance. Difficile d’y échapper avec nos derniers résultats. Cela s’est vu dans le manque d’audace, les coups mal joués en première période. Même s’il a été difficile à se dessiner, ce succès fait vraiment du bien. Il nous permettra d’aborder dans les meilleures dispositions les sept derniers rendez-vous. Des matches face à des équipes jouant le titre, l’Europe ou le maintien. Le maintien est acquis. Je vais continuer de donner du temps de jeu aux jeunes le méritant. Vous voyez, je travaille comme si j’allais rester dix ans à Nice».

Christian Gourcuff (entraîneur de Lorient): «Je ne sais pas si cette défaite est sévère, mais elle est frustrante car on a l’impression de ne pas avoir joué. Je ne dis pas que les joueurs n’avaient pas envie de se faire plaisir, mais cela ne s’est pas vu. Nice n’était pas plus serein que nous mais il s’est imposé tranquillement. Trop tranquillement. Notre première mi-temps a été poussive avec beaucoup de déchet. J’avais bon espoir cependant qu’on rectifie après la pause. Mais ensuite, on a pris deux buts rapidement faute de concentration dans une défense très diminuée. Ensuite on a vu toute notre impuissance».

Loïc Rémy (attaquant de Nice): «C’est mon premier doublé en L1. Mais plus que ma réussite personnelle qui n’existerait d’ailleurs pas sans tout le collectif, j’apprécie surtout cette victoire car elle met fin à une série noire de six matches sans succès. Malgré une première période avec beaucoup de lacunes, nous avons su réagir. C’était nécessaire car Lorient revenait fort sur nous au classement. On va s’appuyer sur cette victoire à la hargne, à la volonté pour bien finir la saison». (Avec AFP).