Benzema et Lloris, la jeunesse ouvrière

A 21 et 22 ans, Karim Benzema et Hugo Lloris ne sont pas (encore ?) les patrons du vestiaire lyonnais, mais le sont sur le terrain. (Photo Presse-Sports)

Au Mans, samedi, le succès de l’OL (3-1) a préfiguré ce que devra être la fin de saison lyonnaise pour conquérir un huitième sacre national d’affilée : solide défensivement et empreinte de réalisme. Des qualités que les Gones doivent avant tout à deux hommes, Karim Benzema et Hugo Lloris. Dans la Sarthe, l’un et l’autre, aux deux extrémités du jeu, ont porté leur équipe. Mais, jeunesse et discrétion obligent, ils ne sont pas des leaders de vestiaire. Pas encore, en tout cas. Lors de la «crise» de janvier, Cris avait d’ailleurs pointé le doigt sur Benzema, sans le nommer, pour l’inciter à tendre davantage vers ce rôle. Peine perdue : pour l’heure, le buteur lyonnais préfère prendre ses responsabilités sur le terrain. A chaque fois qu’il a marqué cette saison, Lyon a gagné.

Le contrecoup de Barcelone

En inscrivant son second doublé de la saison en Championnat (le premier remontait à la première journée devant Toulouse, 3-0), Benzema a montré qu’il était bien de retour aux affaires, après une période délicate (un seul but en onze matches). Avec désormais 14 réalisations, il n’est plus qu’à quatre unités de Gignac, leader du classement des buteurs. «Ce n’est pas le plus important pour moi, répète-t-il pourtant à l’envie. Ce que je veux avant tout, c’est remporter le titre. Contre Le Mans, j’ai joué libéré, j’espère que ça va continuer.»

De son côté, Lloris impressionne dans un tout autre registre : la régularité, déconcertante cette saison. Comme toute l’équipe rhodanienne, le successeur de Coupet a connu un coup de moins bien après la désillusion de Barcelone. Trahi par sa défense, il n’a pu empêcher ni le naufrage du Camp Nou (2-5) ni la débandade face à Auxerre (0-2). Depuis, il maintient à lui seul son équipe à flot. En deux matches, contre Sochaux (2-0) et au Mans, il a réalisé sept arrêts décisifs. Un total impressionnant, et même préoccupant pour la défense du leader de L1. Sans occulter le rôle de Juninho, Cris ou Toulalan au sein de l’équipe, Benzema et Lloris sont bel et bien les véritables baromètres. Sans que l’on sache très bien s’il s’agit d’une excellente nouvelle pour les champions de France.

Sylvain Lartaud
slartaud@asport.fr