Santé et sport : les risques liés aux compléments alimentaires

Pour que le résultat des exercices physiques apparaisse, il faut de la discipline, de l’entraînement et beaucoup de patience. Parfois, même après un entraînement rigoureux, les effets finissent par être loin de ce qui était attendu. C’est à ce moment-là qu’une aide supplémentaire peut être la bienvenue.

Mais les compléments alimentaires présentent-ils des risques ?

L’administrateur William Oliveira, 22 ans, a décidé de s’inscrire dans un gymnase. L’objectif était le même que celui qui motive de nombreux hommes : gagner de la masse musculaire. Après tout, pour beaucoup d’entre eux, le corps musclé est le moyen le plus facile d’attraper des regards féminins. Mais pour que le résultat apparaisse, il faut de la discipline, de l’entraînement et beaucoup de patience, un ensemble de facteurs séparés de la plupart des êtres humains par une grande quantité d’anxiété et d’immédiateté. Parfois, et pas très rarement, même après un entraînement rigoureux, les effets finissent par être loin de ce qui était attendu, surtout pour les types physiques voués par la génétique à une constitution plus maigre. C’est à ce moment-là qu’une aide supplémentaire peut être la bienvenue. Grâce à des conversations avec des amis et des instructeurs de l’académie, William a découvert la voie à suivre pour transformer son corps svelte de 49 kilos et de 1,72 mètre de haut et atteindre rapidement son objectif : les compléments alimentaires. C’est ainsi que la plupart des étudiants des académies entrent dans l’univers de la supplémentation, en indiquant qui a déjà utilisé et garanti les résultats. Mais la nutritionniste du Centre olympique et de l’Institut Cohen de médecine sportive, souligne que le résultat des autres n’est pas une preuve d’efficacité.

En général, l’instructeur n’a pas étudié la nutrition, il n’est donc pas de son ressort de prescrire une supplémentation. Il est nécessaire de connaître les habitudes alimentaires de l’élève, de savoir s’il y a une carence en nutriments, si la quantité et l’intensité des exercices demandent une supplémentation ou si ses besoins sont déjà couverts par les repas. En dehors de cela, il faut encore faire une évaluation clinique de l’étudiant, pour savoir s’il y a une déficience hormonale, des problèmes cardiaques, rénaux ou hépatiques. La présidente de l’Association brésilienne de nutrition sportive avertit que le grand problème de l’autosuffisance est que l’utilisateur ne sait pas toujours comment il fonctionne et, surtout, quels sont ses composants. Une photographe a failli tomber dans le panneau. En quête d’une perte de poids rapide, elle a suivi les indications d’une amie et a choisi de prendre un thermogène, un complément qui modifie la température du corps visant à intensifier la combustion des graisses. Cependant, lorsqu’elle a vérifié l’étiquette du produit, elle a vu parmi les composants un médicament qu’elle prenait déjà pour réguler la thyroïde.

Il est courant que les suppléments thermogéniques contiennent des hormones pour contrôler la thyroïde, car les modifications de cette glande entraînent en fin de compte des changements de poids. Mais son utilisation inappropriée pourrait, à l’avenir, faire dérailler la production naturelle et entraîner des problèmes qui n’existaient pas auparavant. La préformation, soit dit en passant, est l’un des compléments que William a essayé. Ce type de produit fonctionne comme un vasodilatateur qui facilite le passage de l’oxygène et des nutriments dans les vaisseaux sanguins, ce qui leur permet d’atteindre rapidement les cellules musculaires, augmentant ainsi l’apport d’énergie. L’idée est que l’étudiant peut supporter des charges plus importantes pendant plus longtemps. Bien qu’il ait remarqué cet effet, l’administrateur avoue qu’il a également ressenti des effets indésirables.  La nutritionniste explique que le fait que William ne ressente plus rien est dû au fait que l’organisme a fini par devenir dépendant, une conséquence courante de l’utilisation du produit, et que les symptômes ont fini par être maquillés, donnant l’impression d’avoir disparu.

Psychostimulants et hormones

Un coordinateur adjoint du laboratoire de nutrition et de métabolisme de l’école d’éducation physique explique que certains pré-entraînements et la thermogénie affectent les domaines neurologique et hormonal. Les deux ont des additifs psychostimulants, qui promettent d’offrir une disposition à l’utilisateur et d’améliorer la performance des exercices agissant directement sur le système nerveux central. Il y a aussi ceux qui sont capables d’induire la libération d’hormones qui aident à renforcer les muscles comme la testostérone, l’insuline et la GH. En agissant dans les zones de contrôle du corps, ils présentent des résultats plus rapides. Mais c’est précisément dans ce mécanisme que réside le plus grand danger. Agissant dans des zones de contrôle, cette classe de compléments peut déréguler les fonctions de l’organisme et provoquer des réactions en chaîne. Les psychostimulants agissent directement sur le système nerveux central, peuvent causer de la tachycardie, de l’hypertension, une agressivité accrue et des maux de tête. L’utilisation d’hormones, en revanche, déséquilibre la production naturelle du corps, puisque celui-ci dispose de son propre système intelligent pour maintenir les taux d’hormones stables. Si la personne ingère des doses d’une certaine hormone, cette quantité est ajoutée à ce qui est déjà produit.

Le corps comprend alors qu’il y a une dérégulation du processus naturel et essaie de s’équilibrer, en produisant davantage d’hormones contraires à l’équilibre. Une conséquence courante est l’apparition de caractéristiques efféminées chez les utilisateurs d’hormones mâles. Lorsqu’une surcharge généralement de testostérone se produit, le corps, dans une tentative d’équilibre, finit par produire plus d’œstrogènes. Les hommes peuvent présenter une hypertrophie des seins, une impuissance sexuelle, une réduction des testicules et une infertilité. Les femmes ont une voix plus épaisse, un clitoris et une quantité de cheveux accrus, une perte de cheveux, une dérégulation des menstruations et, bien sûr, le physique masculin. À l’époque où il prenait de la testostérone, l’administrateur William rapporte qu’il a senti une légère augmentation de sa poitrine. Après quelques semaines, je me suis rendu compte que le mamelon était plus pointu. Cela ne m’est pas arrivé souvent, mais j’étais rassuré car la gynécomastie est fréquente pendant le cycle, alors j’ai choisi de faire mes devoirs. Les devoirs sont la thérapie post-cycle, qui comprend un régime alimentaire et l’utilisation de médicaments pour atténuer les effets secondaires. La nutritionniste estime que cette thérapie peut avoir de graves conséquences. Il est très courant, surtout au milieu de la médecine du sport, d’utiliser les cycles hormonaux et de prescrire ensuite des devoirs à la maison. Cependant, la méthode peut entraîner un dysfonctionnement du foie et des reins. Actuellement, William n’utilise plus d’hormones pour gagner de la masse.

Compléments alimentaires

Les professionnels interrogés pour cet article mettent en garde contre l’utilisation de psychostimulants et d’hormones, mais défendent l’utilisation de compléments à base de protéines, de glucides, d’acides aminés et de créatine, des nutriments essentiels au bon fonctionnement de l’organisme et qui ne présentent pas de risque pour la santé. Contrairement aux psychostimulants, aux vasodilatateurs et aux hormones, cette classe de compléments a pour principe de compléter l’alimentation lorsqu’elle cesse de fournir suffisamment de ces nutriments, ce qui peut se produire lorsque l’on pratique des activités physiques régulières. Outre le fait qu’elles apportent d’éventuelles carences alimentaires, elles présentent encore de bons résultats en matière de gain de masse musculaire. Même en soutenant l’utilisation de ces produits, les professionnels soulignent qu’ils sont plus indiqués pour des groupes spécifiques, tels que les athlètes de haut niveau, les femmes enceintes et les personnes sous-alimentées ou végétariennes.

Tout le monde a besoin d’utiliser des protéines pour renforcer ses muscles. Cependant, comme il s’agit d’un composant d’absorption difficile lorsqu’il est consommé dans la nature, les athlètes ayant deux périodes d’entraînement par jour peuvent profiter de suppléments tels que les protéines isolées, qui sont absorbées plus rapidement et favorisent par conséquent une récupération musculaire accélérée. D’autres types peuvent avoir des conséquences spécifiques en cas de surconsommation, comme le gonflement dû à la rétention de liquide, l’augmentation de la production de gaz intestinaux, conséquence de la prise de presque tous les suppléments, mais surtout de l’albumine, protéine de l’œuf et l’apparition d’acné fréquente chez les utilisateurs de masse hyper-calorique, riche en glucides.

Néanmoins, il est important de souligner que ces compléments ne sont pas en soi nuisibles à la santé. Il est courant d’entendre que ces produits sont mauvais pour le foie et les reins, mais il souligne : les complications n’apparaissent généralement que chez les personnes déjà prédisposées à des maladies de ces organes, car les substances essentielles de ces compléments sont déjà synthétisées naturellement par l’organisme. Sinon, il n’y a pas de risque.

Un accès facile

De nos jours, il est courant de trouver les énormes pots de compléments en vente sur Internet, dans les pharmacies, les magasins spécialisés et les supermarchés. Rien n’empêche l’athlète, suivant la recommandation du professeur de gymnastique, d’acheter librement les produits. Le problème n’est pas la facilité avec laquelle les suppléments sont trouvés, mais le manque de contrôle au moment de la vente. Il devrait être nécessaire de présenter une prescription délivrée par un professionnel pour garantir que l’accès n’est autorisé qu’après une consultation. De nombreux athlètes préconisent le libre accès en se basant sur le fait que l’offre de ces produits n’est pas limitée aux États-Unis, où l’industrie des compléments alimentaires est énorme. En outre, beaucoup critiquent la décision d’Anvisa en affirmant qu’ils n’ont jamais ressenti ou présenté les effets secondaires exposés par la surveillance sanitaire brésilienne. Cependant, le directeur de la surveillance et du contrôle sanitaire de l’agence défend la décision : au Brésil, l’évaluation est faite sur la base des risques et des conséquences que la consommation de substances peut générer pour la santé des personnes. Si le préjudice est suspecté, il est interdit tant que les conséquences réelles n’ont pas été étudiées.

Les compléments les plus courants sur le marché

– Qu’est-ce que c’est ? Dans sa composition, il y a des vasodilatateurs qui facilitent le passage de l’oxygène et des psychostimulants dans les vaisseaux sanguins et les font atteindre plus rapidement les cellules musculaires. De cette façon, ils offrent à l’utilisateur plus de piquant et de force pour faire des activités physiques.

Quand prendre : 30 à 45 minutes avant de commencer la formation.

Dosage : varie selon le fabricant.

Effets secondaires : dépendance, résistance accrue aux stimulants, anxiété, arythmie, modification de la tension artérielle, tremblements, insomnie, agressivité, somnolence et découragement après l’effet stimulant.

Excès : Ils sont absorbés par l’organisme et peuvent aggraver les effets secondaires

Évaluation professionnelle : la première chose à prendre en compte lors du choix de séances d’entraînement avec des composants psychostimulants est les effets secondaires. Il ne fait pas confiance aux résultats du pré-entraînement et recommande qu’au lieu d’opter pour eux, l’athlète choisisse des aliments ayant la même fonctionnalité. L’ingestion de glucides à absorption lente comme le pain et les fruits avant l’entraînement est une bonne tactique, car ils libèrent progressivement de l’énergie. La caféine aide également à donner du courage et a toujours une action thermogénique.

– C’est quoi : Ce sont des compléments qui aident à accélérer le processus de métabolisme et de thermogénèse, ce qui augmente la température du corps et aide à la combustion des graisses.

Quand prendre : la plupart des produits recommandent de prendre une capsule 15 à 60 minutes avant l’activité physique, mais certains suggèrent de prendre une capsule spécifiquement au petit déjeuner et une autre à 6 ou 8 heures du matin.

Posologie : 1 à 3 gélules par jour. Le produit ne peut être utilisé que pendant deux mois au maximum, puis il est nécessaire de faire une pause de 1 à 2 mois.

Effets secondaires : Peut provoquer une déshydratation, de l’arythmie, de l’agressivité, de l’insomnie, des maux de tête, un manque de concentration, des nausées, de l’agitation.

Excès : Comme il s’agit de psychostimulants, la dose standard ne peut être dépassée dans les 24 heures, au risque d’accentuer les effets secondaires.

Évaluation professionnelle : les thermogènes qui favorisent la combustion des graisses ont des composants interdits et très nocifs, comme les hormones pour le contrôle de la thyroïde. D’autres ne fonctionnent tout simplement pas. Pour elle, l’idéal est d’utiliser des aliments et des boissons qui favorisent la thermogenèse, comme les légumes fibreux, brocoli, bette à carde, chou, l’orange, le kiwi, l’huile de coco, le poisson, le café, ou même un verre d’eau. De plus, le spécialiste rappelle que, parce qu’ils sont stimulants, ils amènent l’utilisateur à faire plus d’exercices, ce qui favorise une plus grande dépense énergétique, donne plus faim et, par conséquent, fait manger plus. Les aliments et les boissons, en revanche, ont cet effet adoucissant, ils sont donc plus adaptés.

Protéine de lactosérum

La protéine de lactosérum est la protéine présente dans le lait et le complément le plus utilisé dans les salles de sport. Comme il est facile à absorber, il favorise une reconstruction musculaire rapide et est idéal pour les athlètes de haut niveau.

Quand prendre : Plus tôt l’entraînement est terminé, plus l’effet de reconstruction et de renforcement musculaire est intense. S’il est ingéré auparavant, le lactosérum n’aura pas le même effet et peut toujours entraîner une accumulation de graisse.

Dosage : Pour ceux qui pratiquent des exercices modérés, le dosage indiqué est de 1,2g à 1,8g par kilo de corps. Les athlètes de haut niveau devraient consommer environ 2,4 g par kilo. En général, la poudre doit être battue avec 200 à 300 ml d’eau ou de lait écrémé.

Excès : Il est excrété dans les selles. Si vous ne suivez pas une alimentation équilibrée, elle peut contribuer à l’accumulation de graisses.

Effets secondaires : Vous pouvez prendre du poids si le dosage correct n’est pas pris ou si l’utilisation n’est pas accompagnée d’une alimentation équilibrée. Chez certaines personnes, il peut provoquer des gaz.

Évaluation du professionnel : aucun des professionnels interrogés sur le sujet n’est opposé à la supplémentation en protéines, à l’exception d’un nutritionniste qui devrait être consulté au préalable. L’utilisation, même par des personnes qui ne présentent pas de carence en protéines, peut apporter de bons résultats, à condition de suivre un régime alimentaire équilibré.

Albumine

Ce que c’est : C’est une protéine facilement absorbée par l’œuf, avec la même fonction que les autres : favoriser le gain de masse musculaire.

Quand prendre : dès que possible après l’entraînement, une période pendant laquelle l’absorption des protéines est la plus efficace.

Dosage : de 14g à 20g, mélangé avec 200ml à 300ml d’eau ou de lait écrémé.

Excès : comme toute protéine, l’excès est excrété dans les selles ou accumulé sous forme de graisse.

Effets secondaires : malaises gastro-intestinaux et flatulences.

Évaluation professionnelle : pour la nutritionniste, l’albumine est un bon débouché pour les athlètes qui ont besoin d’une supplémentation mais qui n’ont pas assez de ressources pour utiliser la protéine de lactosérum régulièrement. Bien que bon marché, l’albumine entraîne certaines conséquences indésirables, comme une augmentation des flatulences avec une forte odeur. A part cela, c’est aussi bon que le lactosérum.