L1 – 19e j : Paris freiné, l’OM à l’arrêt

Le Paris-SG et Marseille, qui avaient l’occasion de récupérer la place de dauphin de Lyon, ne sont pas parvenus à s’imposer sur leur pelouse. Le PSG a été tenu en échec par Valenciennes (2-2) tandis que l’OM a subi la loi de Nancy (3-0).

Si l’arbitrage vidéo était en vigueur, le Paris-SG aurait sans doute remportéson match face à Valenciennes. Il aurait en tout cas mené 3-1 à la 76e minute. Après un joli déboulé côté droit, Stéphane Sessègnon adressa un tir terrible des 20 mètres qui vint heurter la barre transversale de Nicolas Penneteau avant de retomber derrière la ligne. Ni l’arbitre de la rencontre, M. Bertrand Layec, ni ses assistants ne l’ont vu. Résultat, Paris s’exposa à une égalisation valenciennoise qui, comme souvent dans ces cas-là, ne manqua pas d’arriver à la 83e minute de jeu. Mater se joua de Marcos Ceara sur le côté gauche avant d’adresser un centre magnifique que Grégory Pujol reprit d’une… aile de pigeon qui vint heurter le montant gauche de Mickaël Landreau. Plus prompt que Sammy Traoré, Siaka Tiéné propulsa le ballon dans les filets.

Les Parisiens doivent donc se contenter d’un point alors qu’ils ont mené deux fois au score. Peu avant la demi-heure de jeu, c’est Guillaume Hoarau qui avait inscrit son onzième but personnel sur un enchaînement contrôle poitrine – frappe de volée de toute beauté. L’ancien Havrais fut également à l’origine du deuxième but des Rouge et Bleu. Il remisa sur Sessègnon qui adressa un tir à ras de terre que Penneteau repoussa. Jérôme Rothen jaillit pour signer sa deuxième réalisation de la saison (72e). Vingt-cinq minutes auparavant, les Nordistes avaient prouvé qu’ils avaient du coeur en égalisant une première fois par Mater, opportuniste après une belle mésentente entre Sylvain Armand et Traoré. Malgré ce point chèrement acquis, VA reste premier relégable à quatre longueurs de Saint-Etienne.

Hadji tue tout suspense en six minutes

Santos Mirasierra était présentau Stade Vélodrome dimanche soir pour la venue de Nancy. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’équipe de l’OM ne l’a pas gâté pour son retour. Manque de rigueur, approximations techniques et errements défensifs, Eric Gerets va avoir du travail pour remettre d’aplomb la machine olympienne, totalement grippée en l’absence de Mamadou Niang. Pourtant, les Marseillais avaient plutôt bien entamé la rencontre avec une belle action entre Benoît Cheyrou et Bakari Koné, conclue par un but de l’ancien Auxerrois, refusépour un hors-jeu très limite… Le hors-jeu, ce sera d’ailleurs le tube de cette première période, au bénéfice de l’ASNL.

Sur un coup franc venu de la droite, Jonathan Brison adressa une frappe tendue au deuxième poteau que Hadji détourna sur le poteau avant de conclure le travail lui-même de la tête tandis que Pascal Bérenguer était derrière la ligne des défenseurs sans faire action de jeu (33e). Six minutes plus tard, bis repetita, Brison trouve Hadji dans l’intervalle qui vient tromper Mandanda de près. Sur l’action,Helder a l’intelligence de s’arrêter net pour signaler qu’il ne participe plus à l’action. M. Thierry Auriac a tout compris et accorde justement ces deux buts. Le troisième, marqué par Issar Dia (56e) tient surtout à la maladresse de Karim Ziani, qui perdit un ballon au duel avec Brison, excellent. La dernière demi-heure de la rencontre fut une litanie de tentatives manquées par l’attaque marseillaise et du pauvre Koné, bien trop esseulé en pointe pour espérer quoi que ce soit. Ce dimanche soir, Marseille doit surtout penser au mercato…