C1 : Diouf :«L’UEFA, un trophée prestigieux»

L’Olympique de Marseille, tenu en échec face à l’Atletico (0-0), et les Girondins de Bordeaux, défaits sur la pelouse de l’AS Roma (0-2) disputeront la Coupe de l’UEFA au printemps prochain. Retrouvez les réactions des principaux acteurs de la soirée de Ligue des Champions. (AFP – Photo Presse Sports)

Marseille – Atletico Madrid : 0-0

Pape Diouf (président de Marseille): «Nous sommes heureux de cette qualification en UEFA, car nous aurions pu aussi être définitivement éliminés. C’est un moindre mal. Contrairement à d’autres clubs, l’UEFA reste pour nous un trophée prestigieux, convoité. On va essayer d’aller le plus loin possible, même s’il y a des adversaires de taille».

Eric Gerets (entraîneur de l’OM): «Ca aurait été complet si on avait gagné ce match. Nous avons fait un match convenable, on ne mérite peut-être pas de gagner car nous ne nous sommes pas procurés beaucoup d’occasions. Mais l’équipe a montré un sacré caractère. Quand je suis rentré sur la pelouse pour féliciter l’arbitre à la fin du match, j’ai vu qu’avec toute la pluie qu’il y a eu, c’était très lourd, jouer deux matches dans ces conditions démontre une bonne mentalité, je suis assez content. (A propos de la libération de Santos) J’espère seulement qu’il a vu le match et tous les gens qui portaient son tee-shirt. Il faut être Marseille pour vaincre ça. Ce que l’on vient de vaincre, avec les joueurs, les supporteurs, les médias, tout le monde, ça démontre malgré tout que l’on est une grande famille. Un fils est parti de la maison, on fait tout pour qu’il revienne. Il faut adresser un grand compliment à Marseille. (Concernant la qualification en Coupe de l’UEFA) Franchement, pour le moment, je m’en fous car il y a un beau petit match qui nous attend (ndlr: en championnat, contre l’Olympique Lyonnais)».

Javier Aguirre (entraîneur de l’Atletico Madrid): «Quand on voit que Chelsea et Milan ne font pas mieux que 2e, il n’y a pas à rougir de notre performance. Si on nous avait dit en début de compétition que nous finirions 2e, j’aurais signé tout de suite, car ce groupe était compliqué. Sur le match, nous n’avons pas été aidés par la pluie, car nous sommes une équipe joueuse. L’extra-sportif n’a pas pris le dessus sur la réalité du terrain. Il n’y a pas eu le moindre incident, les mots échangés ont été ceux du respect et des remerciements. Je n’avais jamais connu deux matches de suite de l’Atletico sans supporteurs, c’était inédit (en allusion au match à huis clos disputé contre le PSV et à l’absence de fans au Vélodrome pour raison de sécurité, ndlr). Mais c’est du passé, place au tirage au sort».

AS Roma – Girondins de Bordeaux : 2-0

Laurent Blanc (entraîneur de Bordeaux) : «Il nous a beaucoup manqué dans les 30 derniers mètres. Comme on l’avait prévu, la Roma nous a laissés le ballon. Mais c’est toujours la même impression avec les équipes italiennes. Elles te laissent croire que tu as la main, mais à la fin c’est toujours le même score… On n’a pas réussi à les mettre en danger, voilà ce qui nous a manqué. On a manqué de ballons. Jusqu’à un certain point, on faisait bien tourner, mais ensuite, il y avait trop peu d’espaces dans les trente derniers mètres. C’était trop difficile pour nous, même si on a eu quelques possibilités sur coups de pied arrêtés. Après, le premier but a été fatal. On ne pas être satisfait quand on n’est pas qualifié. On y croyait avant ce match. Après deux matches, on était au fond du trou. On avait encaissé sept buts. Après les deux victoires contre Cluj, on s’est remis à espérer puis, contre Chelsea, on avait soutenu la comparaison. Maintenant, j’espère que l’expérience accumulée en Ligue des Champions nous servira en championnat».

Luciano Spalletti (entraîneur de la Roma): «C’est un résultat prestigieux (de terminer à la première place du groupe A, NDLR). Mais l’important, c’était d’abord de gagner. Premier ou second, ce n’est pas le plus important. La Roma a joué comme elle devait le faire. C’était important de ne pas attaquer tout de suite. On a été bien en place, sans rien concéder, et au final, on a vu un match d’une grande intelligence et d’une grande maturité. Quand le score était encore de 0 à 0, il y avait toujours le risque de prendre un but et d’être éliminés, mais on a été fort et on n’a pas douté. Il faut féliciter les garçons. Je leur mets 12 sur 10.»

Philippe Mexès (défenseur de la Roma, interrogé sur Sky Sport): «Par rapport à Bordeaux, on avait plus d’expérience, on savait mieux gérer ce type de match. On a été un peu trop derrière en première période, mais on a su rester groupé (A propos de Menez) Il veut rester à la Roma et montrer toute sa valeur.»

Matthieu Chalmé (défenseur de Bordeaux): «C’est une grosse déception. On est parti dans cette compétition avec deux défaites et c’est devenu très difficile ensuite. On a su pourtant garder nos chances de qualifications (pour les 8e de finale) jusqu’à ce match, mais la Roma a fait la différence sur sa première occasion. C’est une équipe mature et nous, on apprend encore. On espère maintenant se qualifier une nouvelle fois pour disputer cette compétition la saison prochaine.»

Souleymane Diawara (défenseur de Bordeaux): «C’est une grosse déception. On a essayé de bien rester en place et de jouer les coups de pied arrêtés, mais on n’a pas su les exploiter. Maintenant, il nous reste la Coupe de l’UEFA à jouer. On apprend encore. La Roma, elle, avait une grosse expérience. Ils étaient bien regroupés et très bons en contres (A propos de Menez, son ex-coéquipier à Sochaux) Je suis content pour lui. Sur le deuxième but, il nous fait très mal.»